Lutte contre la stigmatisation et la discrimination

La stigmatisation qui entoure souvent les problèmes de santé mentale et les maladies mentales empêchent encore de nombreuses personnes de demander l’aide dont elles ont besoin lorsqu’elles en elles en ont le plus besoin.

La plupart des personnes aux prises avec une maladie mentale affirment que la stigmatisation et la discrimination auxquelles elles font face sont souvent pires que la maladie elle-même.

Nous savons que les jeunes sont plus touchés par la stigmatisation que tout autre groupe au Canada.

LA TÊTE HAUTE

Grâce à l’effet multiplicateur de l’initiative La TÊTE HAUTE de la CSMC dont l’objet est de lutter contre la stigmatisation chez les jeunes, plus de 100 000 étudiants du Canada ont reçu des messages de lutte contre  la  stigmatisation et ont participé à des activités de sensibilisation aux problèmes de santé mentale ou aux maladies mentales dans leurs écoles.

Cette initiative importante et sans précédent de la CSMC a permis d’engager les élèves, les écoles, les gouvernements et d’autres partenaires communautaires de partout au Canada dans l’un des plus vastes efforts coordonnés de l’histoire canadienne pour réduire la stigmatisation associée aux problèmes de santé mentale et aux maladies mentales chez les jeunes.

À la suite du Sommet pancanadien sur la lutte à la stigmatisation chez les jeunes de novembre 2015, les jeunes participants se sont faits des champions du changement et ont travaillé avec des coordonnateurs régionaux pour organiser 28 sommets régionaux auxquels ont assisté 4 000 étudiants et 1 000 autres adultes (enseignants et partenaires communautaires).

La majorité de ces événements régionaux n’était pas de grande envergure, réunissant environ 150 étudiants qui ont eu l’occasion de participer à des séances interactives. En avril 2015, un sommet dans le cadre de l’initiative LA TÊTE HAUTE, qui s’inscrivrait dans une conférence plus vaste sur la santé mentale a rassemblé des élèves de plus de 50 écoles secondaires de Terre-Neuve-et-Labrador. Ce n’est là que l’un des 28 sommets régionaux auxquels ont participé 4 000 élèves et 1 000 adultes (enseignants, parents et partenaires communautaires).

L’équipe de l’initiative Changer les mentalités de la CSMC continue d’appuyer les organismes partenaires en planifiant des sommets qui mobiliseront les collectivités qui souhaitent transmettre le message de LA TÊTE HAUTE. Elle prévoit également étendre cette initiative afin de rejoindre encore plus d’élèves dans l’ensemble du pays.

Visionnez des vidéos de LA TÊTE HAUTE ici : https://www.youtube.com/playlist?list=PL2NuAPXp8oha_fIt4IVoGhNxhd-Myc9wh

Pour en savoir plus : Consultez les trousses d’outil LA TÊTE HAUTE : http://www.mentalhealthcommission.ca/Francais/media/32

Changer les mentalités : Fournisseurs de soins de santé

Lutte contre la stigmatisation : programme en ligne de sensibilisation pour les professions médicales au Canada.

menal-health-assistantChanger les mentalités vise à soutenir le bien-être mental des fournisseurs de soins de santé au moyen d’initiatives clés qui remettent en question l’auto-stigmatisation, qui menace la qualité des soins dispensés aux patients, ainsi que le bien-être des fournisseurs de soins de santé eux-mêmes.

Ce programme a été conçu pour réduire la stigmatisation chez les omnipraticiens, un groupe clé de fournisseurs de soins de santé de première ligne.

Contrairement à d’autres programmes semblables, la Lutte contre la stigmatisation est un programme très performant et devrait être repris à grande échelle. Selon la recherche :

  • les résultats à l’échelle de la stigmatisation de Changer les mentalités pour les fournisseurs de soins de santé s’étaient améliorés de 18,7 % après l’atelier;
  • une amélioration statistiquement significative s’est produite après l’atelier relativement aux attitudes envers les personnes ayant une maladie mentale, les comportements dans la recherche d’aide et le désir de distance sociale.

L’étude aléatoire contrôlée du Programme de soutien de la pratique en santé mentale des adultes de la Nouvelle-Écosse

L’étude aléatoire contrôlée du Programme de soutien de la pratique en santé mentale des adultes de la Nouvelle-Écosse examine l’efficacité du programme lorsqu’il s’agit de réduire la stigmatisation associée à la maladie mentale dans les milieux des soins de santé et d’accroître la confiance et de développer les compétences des médecins. Les objectifs en sont les suivants :med-board

  • Renforcer la capacité de gérer la maladie mentale dans les milieux de soins de première ligne;
  • Promouvoir la collaboration interdisciplinaire;
  • Améliorer l’état de santé des patients;
  • Réduire la stigmatisation associée à la maladie mentale dans le secteur des soins de santé.

L’étude a montré que le programme :

  • se traduit par des niveaux réduits de stigmatisation, particulièrement la distance sociale chez les médecins;
  • améliore nettement la confiance des médecins qui traitent des patients ayant une maladie mentale, particulièrement les patients aux prises avec la dépression et l’anxiété;
  • donne lieu à des résultats significativement meilleurs que les traitements habituels chez les patients aux prises avec la dépression;
  • réduit considérablement l’usage d’antidépresseurs chez les patients traités par les médecins qui ont suivi le programme.

En route vers la préparation mentale (RVPM)

r2rEn route vers la préparation mentale (RVPM) s’inspire d’un programme élaboré à l’origine par le ministère de la Défense nationale afin de réduire la stigmatisation associée aux problèmes de santé mentale et aux maladies mentales et d’accroître a résilience. La CMSC coordonne les efforts visant à offrir la formation RVPM aux services de police et à d’autres organisations de premiers intervenants partout au pays. La formation à l’intention des corps policiers est dispensée à deux niveaux :

  • l’un pour les services de police membres;
  • l’autre pour les dirigeants des services de police.

Les objectifs du cours sont d’améliorer le rendement à court terme et les résultats à long terme sur plan de la santé mentale, ainsi que de réduire les obstacles à l’accès aux soins et d’encourager l’accès rapide à ces derniers.  Le cours à l’intention des dirigeants vise à fournir les outils et les ressources nécessaires pour gérer et soutenir les employés aux prises avec des maladies ou des problèmes associés à la maladie mentale.  Il aide également les superviseurs à conserver leur propre santé mentale, en plus de promouvoir une bonne santé mentale chez leurs employés.

Les résultats de l’évaluation préliminaire montrent que la participation à la formation RVPM aide à réduire la stigmatisation qui entoure souvent les problèmes de santé mentale et les maladies mentales, en plus d’accroître la résilience.  Il est probable qu’une résilience accrue, une meilleure capacité d’adaptation et une réduction de la stigmatisation seront tant de facteurs qui contribueront à une meilleure santé mentale en général, à un accès plus rapide aux services en cas de besoin et à la réduction des taux de troubles mentaux, y compris l’état de stress post-traumatique (ESPT). Selon les participants, les outils de RVPM peuvent être utilisés tant dans la vie professionnelle que personnelle.

LES FAITS :

  • La fatigue psychologique ou émotionnelle est un facteur dans 28 % des cas d’absentéisme dans les services policiers;
  • Le stress professionnel, les charges de travail et les enjeux de la vie au travail ont des répercussions négatives sur la santé physique et la santé mentale d’un grand nombre de policiers au Canada;
  • Étant donné la culture du milieu de travail, les policiers hésitent à demander de l’aide;
  • La stigmatisation est un obstacle majeur qui fait hésiter les gens à demander de l’aide pour des problèmes de santé mentale ou des maladies mentales;
  • La peur de la stigmatisation retarde souvent le diagnostic et le traitement.

Par ailleurs, en janvier, RVPM a reçu l’appui de l’Association canadienne des chefs de pompiers, et la CMSC travaille avec l’Ontario Association of Fire Chiefs pour appuyer la formation de 30 000 pompiers à temps plein et volontaires.

Le programme RVPM a récemment été présenté lors de la conférence nationale sur la santé mentale des premiers intervenants à Sydney, en Australie. Plus de 250 dirigeants d’organisation de premiers intervenants de partout en Australie ont assisté à la conférence.

Le symposium, qui avait été organisé par beyondblue, l’une des plus grandes organisations de santé mentale en Australie, réunissait des commissaires de police, des chefs de services d’incendie et des dirigeants de services paramédicaux des différents États australiens.

En Amérique du Nord, l’intérêt que suscitent RVPM et L’esprit au travail continue d’augmenter. Des délégués de l’État de la Géorgie comptent venir au Canada pour observer une séance de formation des formateurs de RVPM au Collège de police de l’Ontario. En outre, à la suite d’une présentation récente de la CSMC à la California Highway Patrol (CHP), cette dernière envisage de mettre L’esprit au travail à la disposition de ses 11 000 employés.